La paresse premier obstacle

Publié le par Dez

La paresse premier obstacle

Dans la philosophie Bouddhiste, on définit la paresse intérieur ainsi. On définit la paresse comme une absence de plaisir intérieur en rapport avec ce qui est positif. Sa fonction est donc de freiner les activités vertueuses. Elle est de trois sortes.

1- Tendances a remettre les choses à plus tard.. Alors il est bon de réfléchir au moment présent, le passé et le futur sont deux choses qui n’existe pas ou plus. Donc remettre à plus tard c’est comme reporter dans l’inconnu. Remettre à plus tard, on peut aussi penser que tout les phénomènes composés sont impermanents, et tout se transforment en permanence, nos pensées, notre corps, donc plus tard veut dire peut-être. 
L’antidote serait de vivre le plus possible dans le moment présent et de faire les efforts joyeux

2- Poursuite d’activité négative. L’antidote à cette sorte de paresse est de réfléchir au fait que les activités mondaines sont sans essence et qu’elles produisent de la souffrance. 

3- Découragement. Trop de gens pensent que ce n’est réservé que pour quelques-un d’atteindre le calme mental. Souvent on vient confus et on ne comprend plus très bien et ça nous démotive, au contraire si on ne comprend plus, c’est une raison de plus, d’utiliser l’effort joyeux et d’aller chercher les explications...ne pas comprendre devrait être une motivation à comprendre...

Tout les êtres sensibles qu’ils soient,  humains , animaux, insectes, tous sommes à la recherche du bonheur, et nous sommes tous de même nature lumineuse. 
Cette nature est recouverte de voiles qui nous cache cette vérité et ces voiles temporaires, c’est ce que nous voulons travailler à éliminer par la méditation. 

C’est bien beau de parler de l’effort Joyeux, mais pour pouvoir vraiment pratiquer l’effort joyeux comme antidote , il faut d’abord avoir la foi confiante ,,, pas une foi aveugle , plutôt une foi certitude, même si on médite toute notre vie sur le calme mental, mais qu’au fond de nous, on n’y croit pas, ou on pense que c’est pour les autres, je peux vous assurer que l’effort ne sera pas très joyeux 

Ensuite l’effort joyeux vient aussi de l’aspiration. Si on ne se sent pas appeler et concerner par le calme mental , l’effort n’y sera pas ,,, Il  faut vouloir l’obtenir , que pour chacun de nous ce soit un objectif véritable et souhaitable 

La foi confiante avec l’aspiration mènera à la souplesse du corps et de l’esprit , et il sera plus facile de déployer des efforts dans la joie.

La souplesse de l’esprit découlant de cette pratique aura comme fonction d’éliminer toutes les conditions défavorables du corps et de l’esprit, dont les cinq voiles. Ces 5 voiles sont .

- l’Aspiration aux objets du monde du désir.

- l’Envie de nuire. 

- Le sommeil et la torpeur ( noirceur )

- l’Agitation et le regret

- Le doute 

Le Bonheur est la seule chose qui se multiplie quand on la partage

Albert Schweitzer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article